Quelques choses en moins

Gregory Buchert

Mer. 13 Mai — 21 Juin 2015
Du jeudi au dimanche, de 14h00 à 19h00
DISCIPLINE : Arts visuels
FORMAT : Exposition
ESPACE : Salle d'exposition
TARIF : Entrée libre

Première exposition monographique
de Gregory Buchert
, ancien du Fresnoy, du Post-diplôme de l’ENSBA Lyon et de la HEAR à Strasbourg, qui a déjà exposé à Beaubourg (Hors Pistes), à la Kunsthaus Baselland, au CNEAI à Chatou, au sein du programme Résonance de la Biennale de Lyon, à la Motorenhalle de Dresde, aux Frac Languedoc (hors les murs) et Frac Bretagne, ou encore au CRAC Alsace.
Gregory Buchert est représenté par la galerie Jérôme Poggi depuis l’an passé.

Commissariat : Ann Stouvenel


LES ÉVÉNEMENTS :

  • Vernissage mercredi 13 mai 2015, à partir de 18h / Concert - groupe Grifon (pop française - Lille), 20h.

LES NOCTURNES :


Quelques choses en moins

Les œuvres de Gregory Buchert se déclinent principalement en vidéos et performances, et sont nourries de nombreuses références littéraires (Joyce, Gide, Calvino). Entre humour et réflexion critique, elles jouent sur les notions d’échec et d’irrésolu et proposent, par leurs gestes ténus, des pistes de réflexions sur l’être au monde de l’artiste, mais aussi, par extension, de chacun d’entre nous.
Depuis deux ans, l’artiste mène également une « enquête de terrain » visant à interroger ce que deviennent les œuvres d’art qui, au sortir du temps d’exposition, n’entrent dans aucune collection et réintègrent l’anonymat des appartements, des maisons ou des ateliers de leur auteur. Ces recherches, comme une tentative d’autocritique, questionnant l’art comme pratique aboutie de l’encombrement, ont donné lieu à une performance intitulée « Le Musée domestiqué », présentée en février 2015 au Centre Georges Pompidou, dans le cadre du festival Hors-Pistes.

Suite à cet événement qui ponctue ses recherches en cours, Gregory Buchert revient à Mains d’Œuvres sur l’ensemble
de son parcours à l’occasion de sa première exposition personnelle, visible du 13 mai au 21 juin 2015.
Elle forme le second épisode de la série d’expositions monographiques, rétrospectives et prospectives, entamée à Mains d’Œuvres l’an passé et fait suite à celle d’Éléonore Saintagnan « Dieu et la Stéréo », réalisée en mai et juin 2014. À partir du même protocole de départ : présenter l’ensemble des œuvres déjà réalisées, produire spécifiquement une ou plusieurs créations et dévoiler les expérimentations en cours, Gregory Buchert se saisit de cette invitation pour penser les interactions qui animent ses déambulations poétiques.

Uniquement éclairées par leur propre lumière, perdues dans le noir, les vidéos et les installations de l’artiste fonctionnent
ici sous la forme d’une série d’îlots autonomes, comme de modestes phares cherchant à transmettre un message
dans la pénombre. Un archipel à explorer, au gré des tribulations de l’artiste.

Gregory Buchert est représenté par la galerie Jérôme Poggi.