Sarah Mercadante

BIOGRAPHIE
Commissaire d’exposition et critique d’art indépendante, Sarah Mercadante est diplômée de l’Université Paris 8 puis du Master Sciences et Techniques de l’Exposition de l’Université Paris 1, promotion 2012/2013.
Sa pratique de commissaire est fortement marquée par ses expériences professionnelles dans le domaine de la production d’exposition : l’Institut d’art contemporain en 2013, l’association Bulb pour la mise en place du parcours Coordonnées, parcours d’art contemporain à Pantin en avril 2016 puis le Centre Pompidou-Metz, de juillet 2016 à juin 2017, en tant que Chef de projet sur les expositions « Oskar Schlemmer. L’homme qui danse » et « Fernand Léger. Le beau est partout ». Ainsi, elle développe des projets collégiaux où le commissaire devient tour à tour producteur, metteur en scène ou chef d’orchestre.

2017
*Last One Out Turn Off The Lights, programme de performances, galerie l’Inlassable, Paris 6ème.
*Fantôme, second volet, exposition collective, Galerie Jeune Création, Paris 14ème, co-commissariat avec Benoit Blanchard.

2016
*Flux réels et virtuels contemporains, programmation dans le cadre de la Nuit des Idées, Cité Internationale des Arts, Paris 4ème.
*L’Homme de cour, intervention performée dans le cadre de Public Pool #1, Cité Internationale des Arts, Paris 4ème.
*C’est comme l’oeuf de Colomb, exposition collective, Atelier Entre-Deux. Dans le cadre de Coordonnées, circuit d’art contemporain à Pantin.

L’INFO INSOLITE
A venir

PROJET DÉVELOPPÉ À MAINS D’ŒUVRES
L’action de performer un décor, d’utiliser une oeuvre existante, de l’intégrer dans un nouveau scénario (performance ou vidéo) interroge son regard de commissaire et suscite de nouvelles pistes de travail.
Pourtant une fois entre ses mains, ces formats complexes issus d’une réflexion artistique déjà dense ne peuvent être appréhendés que dans la finalisation de leur agencement. Ainsi, penser ces travaux dans une perspective habituelle d’exposition reviendrait peut-être à lisser les pratiques à travers une projection vidéo, une performance lors d’un vernissage, un enregistrement, une photographie, autrement dit, une trace figée, un reste de l’action initiale. Durant sa résidence, Sarah Mercadante tentera de mettre en mots et en actes une perspective curatoriale originale mettant en jeu ces pratiques performées.