Vidéo Palace #5

Projection de vidéos d'artistes

Mar. 07 Juill. 2015 — 20h00
DISCIPLINE : Arts visuels
FORMAT : Projection
ESPACE : Star Trek
TARIF : entrée libre, dans la limite des places disponibles

BABEL

Ce cinéma muet ne date pas d’avant le parlant : il vient quand le son a disparu, que le message ne passe plus, ni les vérités admises, ni les mensonges publicitaires. A l’ère du silence, plus de mot ni de mot d’ordre mais des rêves et d’autres histoires qui se transmettent au-delà du verbe et en-deçà de la cyber-communication : par le langage du corps ou le signal lumineux – comme celui du phare qui appelle ses naufragés.
Babel une deuxième fois effondrée sonne la fin du spectacle et le retour du secret. Chut ! Les mythes renaissent, la mémoire se réveille, les télépathes commencent leur conversation. Étrangement, le cinéma remonte le temps, revient à ses premières expériences et plus loin encore que sa source, retrouve le théâtre antique et le feu de camp.

Avec les vidéos de :

  • Charlotte Moth, In unexpected place, in unexpected lights and colours (Sculpture made to be filmed), 2012, 3’
  • Simon Ripoll-Hurier, Diana (2015.03.15), 2015, 7’
  • Meris Angioletti, 14 15 92 65 35 89 79 32 38 46 26 43 38 32 79 50 28 84 19 71 69 39 93 75 10, 2009, 12’10’’
  • Julie Vayssière, :), 2013, 2’20’’
  • Laura Gozlan, Remote Viewing, 2014, 16’
  • Boris Achour, La naissance du Mikado, 2012, 8’
  • Hélène Bertin, Confidences, 2014, 10’
  • Erik Bullot, Ombres chinoises, 1998, 8’

Soirée accompagnée d’une intervention sonore de Flesh World
Flesh World pille allègrement les bandes sons du cinéma d’exploitation des 70’s, 80’s et toutes les déviances saxo-synthétiques de l’ère VHS pour les mettre sur K7. Le son passe du magnétophone au casio, du casio aux pédales, pour ressortir en boucles de basses saturées, gimmicks dégoulinants et oscillations acides, hachées de voix fantomatiques.
Cette fois-ci le groupe se frotte à l’exercice inverse, inventer une bande son sur 8 vidéos d’artistes...


Une proposition de Julie Portier et Charles-Osmond Villa
Conception graphique : Villa Böhnké — Charles-Osmond Villa et Benoit Böhnké
Dans le cadre des résidences arts visuels dirigées par Ann Stouvenel