Ciné Club

Mer. 30 Sept. — 25 Nov. 2020 — 20h00

Mains d’Oeuvres lance son Ciné Club ! Dans le cadre du cycle Respire ! traitant notamment de réflexions et introspections sur l’évolution de nos sociétés. Quatre films seront projetés d’ici la fin 2020. Une séance par mois, un film indépendant, poétique, humble. Chaque oeuvre aborde un sujet de société d’un oeil nouveau, sans sur-analyse et sans parti pris prescrit, mais avec un engagement cinématographique et sociétal sincère qui nous fait du bien.

TARIFS : Prix libre
ESPACE : Salle Star Trek

Mercredi ● 20h

le 30 septembre ; le 28 octobre ; le 04 novembre ; le 25 novembre
une date à venir en décembre

Mercredi 30 septembre 2020 : C’est quoi ce travail ?
Documentaire tourné dans l’usine PSA à Saint-Ouen.
Réalisation : Sebastien Jousse - Luc Joullé
Liens : https://shellacfilms.com/films/cest-quoi-ce-travail
https://youtube/RZUABA-02aE
Rencontre avec les réalisateurs : Sébastien Jousse
Synopsis : Ils sont au travail. Les salariés d’une usine qui produit 800.000 pièces d’automobiles par jour et le compositeur Nicolas Frize dont la création musicale s’invente au cœur des ateliers. Chacun à sa manière, ils disent leur travail. Chacun à sa manière, ils posent la question : alors, c’est quoi le travail ?

“Ce formidable documentaire fait mieux que filmer une simple expérience : il contemple, donc, le "travail", dans son essence même : un dialogue incessant entre celui qui crée et ceux qui fabriquent.” Télérama

Mercredi 28 octobre 2020 : Les Déplacés Climatiques
Web-série ; projection des 2 épisodes.
Réalisation : Youth on the Move
Rencontre avec les réalisateurs  : Lucie Pélissier
Durée  : 2x 20mn
Rencontre avec la réalisatrice : Lucie Pélissier
Liens : https://crid.asso.fr/web-serie-les-deplaces-climatiques/
Synopsis : Au Bangladesh et au Sénégal, l’équipe de Youth on the Move est partie à la rencontre des premier.e.s impacté.e.s par le changement climatique. Le choix du Bangladesh et du Sénégal pour les premiers épisodes de sa web-série ne s’est pas fait au hasard : les populations de ces deux pays sont déjà fortement impactées par les conséquences du dérèglement climatique. Montée des eaux, érosion et cyclones sont les principales menaces qui pèsent sur leur habitat. La lutte contre le changement climatique est pour ces habitant·e·s une réalité quotidienne, qui sont forcé·e·s de tout quitter pour s’établir ailleurs. D’ici à 2050, c’est près de 15 millions de personnes qui devront se déplacer au Bangladesh et près de 150 000 rien que dans la ville de Saint-Louis au Sénégal

Mercredi 4 Novembre 2020 : Waimaha
Réalisation : François Fleury
Date de sortie : 2018
Durée : 42 minutes
Rencontre avec le réalisateur : François Fleury
Liens : www.francoisfleury.com
Synopsis : Wai : Poisson, Maha : Peuple. À la croisée du cinéma d’ethnographie et de l’essai, ce film s’intéresse à la vie et aux rituels du peuple Waimaha à travers leurs récits mythologiques. Tourné dans la région du Vaupes en Colombie, terrain d’étude d’anthropologues depuis les années 70, ce film présente trois légendes amazoniennes racontées par des chamanes.

Mercredi 25 novembre 2020 : Le vieil homme et la mer, le nouvel homme et la mer
Projection de courts métrages - Une sélection de films de EEFB (East European film bulletin)
Réalisation : Wanda Jakubowska, Stanislaw Wohl, Jerzy Zarzycki : The Sea (Morze ; Poland, 1933), 9min
Jan Łomnicki : A Ship Is Born (Narodziny statku ; Poland,1961), 9min Aivars Freimanis : The Coast (Krasts ; Latvia, 1963), 20min
Leonid Osyka : Entering the Sea (Vkhodyashchaya v More, Soviet Union, 1965), 15min
Anastasia Eleftheriou : By Halves (France, 2018), 16min
Durée : environ 1h30
Rencontre avec la réalisatrice : Moritz Pfeiffer comme animateur de la soirée et en présence d’Anastasia Eleftheriou réalisatrice de By Halves
Synopsis : Au travers de cette sélection de court-métrages d’Europe centrale et orientale, dont certains datent de l’ex-URSS et d’autres nous sont contemporains, les rapports que les hommes entretiennent avec la mer, objet poétique par excellence, épousent ceux de l’histoire industrielle. A la fois nourricière et cruelle, longtemps intouchable et maintenant exploitée, la relation ambiguë qui nous lie à la nature se voit interrogée par ces regards encore méconnus mais pourtant universels qui s’entrecroisent.

Décembre (date à venir) : Life Saaraba Illegal
Réalisation : Alibeta
Durée : 1h
Rencontre avec le réalisateur  : Ciné rencontre avec Majnun ou avec Alibeta en visioconférence
Liens : https://youtu.be/EjXiT-DGV6k, teaser
Synopsis : « SAARABA, ou la terre de nos rêves, terre d’abondance où tous les désirs sont satisfaits ». Ce documentaire très personnel sur le voyage de deux frères se passe entre l’Afrique et l’Europe. Aladji et Souley, fils de pêcheurs, viennent de Niodior, au cœur des îles Saloum. L’aîné a conduit une barque rempli de jeunes africains pour traverser l’Atlantique il y a dix ans. Il arrive après une longue odyssée dans les champs de légumes en Espagne, où continue sa bataille pour la survie et commence celle contre la clandestinité forcée qu’il doit subir. Le cadet rêvait toujours d’Europe et a finalement décidé de rejoindre son frère. Leur cousin, Saliou Sarr, « Alibeta » de son nom de musicien, a suivi Souley sur cette longue route d’exil de 3000 km au nord du Maroc, essayant de le convaincre de revenir sur ses pas. « SAARABA », regard sur les rêves et les objectifs, les expériences et les conséquences sur la vie de nos frères en Europe. Un autre regard sur ce qui est considéré comme un rite de passage pour ces jeunes sérères Niominka. Malgré l’illégalité et la désillusion, ils espèrent tous revenir un jour riche, et surtout avec honneur et dignité, seul gage d’un retour triomphal sur la terre mère Afrique.