Hors d’Œuvres / LITHA #9

Jeu. 06 Juill. 2017 — 18h00
à partir de 18h
DISCIPLINE : Arts visuels
FORMAT : Performance, Spectacle, Concert
ESPACE : Restaurant, salle de concert
TARIF : Entrée libre

Les apéros Hors d’Œuvres sont l’occasion de découvrir les acteurs qui font vivre le lieu et donc rencontrer nos artistes résidents et découvrir de nouveaux univers artistiques !

Joignez-vous à nous lors de cet apéro païen de réjouissance afin de célébrer le début de l’été ! Des rituels hérétiques par delà le périphérique.

PROGRAMMATION

Installations :

Anna Ternon : Ouvrages topographiques

« J’ai toujours cru que les îles étaient des morceaux de terre qui flottaient à la surface de l’eau ».

’’Ouvrages Topographiques’’ se dessine comme une installation polymorphe explorant la création d’îles. A l’occasion de LITHA, l’artiste crée et présente de nouvelles structures, mêlant mémoire et représentation du paysage, chacune d’elles constituant un nouveau repère enrichissant sa cartographie mentale.

Collectif Ascidiacea : Phospheïn (création Mains d’Œuvres)

Ce collectif aspire à amener chaque spectateur à réorganiser sa perception auditive au travers d’installations interactives.

En position allongée, la tête dans les étoiles et d’un simple geste de la main, créez et modulez des nappes ou mélopées musicales, manipulez des amas d’étoiles scintillantes en courbant les lois de la physique newtonienne du bout des doigts.

Performance :

Eric Giraudet de Boudemange :

Les projets d’Eric Giraudet de Boudemange prennent naissance autour d’un travail de terrain, une expérience ethnographique qu’il amène ensuite à l’atelier.

De cette façon, l’artiste s’inspire de son voyage au cœur du territoire cajun en Louisiane et de ses rencontres avec des guérisseuses locales pour cette nouvelle performance.

Projection :

► Eric Giraudet de Boudemange : That Speechless Green Man inside a Cyborg

« ’’That Speechless green Man’’ prend pour point de départ un poème composé en Yerkish, un langage artificiel mis au point afin d’évaluer les capacités langagières des primates non humains. […] L’homme sauvage tente de séduire sa muse civilisée, comme dans les rituels du solstice du Nord de l’Europe où le « Pilosus » couvert de poils transcende le lien entre l’humanité civilisée et les esprits elfiques de la nature sauvage. » - extrait d’un texte de Penny Patterson

Concert :

Human Teorema

Human Teorema crée, secoue, injure et déplace, sous ses postulats Pasoliniens, une architecture sonore enivrante entre le krautrock de Neu !, le rock progressif de King Crimson ou de The Mars Volta et le post rock de Mogwaï. Un voyage pour nulle part, une sensation grisante d’infini intérieur, les vaticinations de ce quatuor parisien plongent leurs auditeurs dans une vaste et délicate rêverie.

► Onze Onze

Onze Onze a une démarche artistique brute, influencés par les mythiques Talking Heads, ou encore LCD Soundsystem. Leur textes sont jetés sur des séquences synthétiques, endiablées par une batterie lourde et répétitive. Une pop cosmique pour jeunes adultes.