Soutenez Mains d’Œuvres

RAPPEL DES FAITS DU CONFLIT OPPOSANT LE MAIRE WILLIAM DELANOY ET L’ASSOCIATION MAINS D’ŒUVRES

L’EXPULSION : UNE DÉCISION INJUSTE

Le mardi 8 octobre 2019, William Delannoy, maire de Saint-Ouen, après de nombreuses années de menaces et de contre-vérités à notre encontre, est passé aux actes : Mains d’Œuvres a fait l’objet d’une expulsion et a dû quitter son bâtiment historique.

Nous ne cherchons pas à nous opposer à une décision de justice, mais nous demandons le droit à être respecté·e·s, le droit à attendre la décision finale de la justice ainsi que, dans le cas d’une décision en notre défaveur, le droit d’un temps nécessaire pour déménager et libérer les lieux dignement. Nous nous sommes investi·e·s sans compter avec tou·te·s les artistes en résidence à Mains d’Œuvres sur ce territoire depuis 20 ans, nous méritons !

MARDI 8 OCTOBRE 2019

Le mardi 8 octobre 2019 à 8h du matin, les salarié·e·s, artistes et associations se sont vu·e·s refuser l’accès à leur lieu de travail. Les rues aux alentours de Mains d’Œuvres étaient bouclées et gardées par des CRS. Un gros dispositif de 25 camions encerclait le bâtiment sous les yeux ébahis des salarié·e·s qui n’ont jamais été informé·e·s de cette opération de force.

Petit à petit, les usager·ère·s du lieu, artistes, professeur·e·s, voisin·e·s nous ont rejoint devant cette porte close. Un élan de solidarité et d’émotion a ensuite rassemblé des gens qui se sont déplacés de toute la ville et au-delà pour nous rejoindre. Nous avons assisté, minute par minute à l’emmurage du lieu par des plaques de tôle. Sans aucune information sur notre devenir, du devenir des salarié·e·s, de la plus ancienne qui est là depuis 20 ans jusqu’aux jeunes récemment embauché·e·s, en passant par les artistes, leur matériel de production, les contrats en cours qu’ils devaient honorer, les concerts qu’ils devaient donner ainsi que tous les spectacles et toutes les actions culturelles qui devaient avoir lieu (50 enfants pour des visites de l’exposition à venir, 20 enfants en situation de handicaps pour des activités artistiques etc. etc.).

UN PREJUDICE ÉNORME

Mains d’Œuvres, c’est 25 emplois permanents (70 avec les professeur·e·s de l’école de musique) et 120 intermittent·e·s, c’est 250 résident·e·s au travail quotidiennement dont la moitié d’associations, 1500 adhérent·e·s, 9000 musicien·ne·s en répétition aux studios, c’est 350 événements par an pour 40 000 visiteurs, 15 services civiques, 25 stagiaires par an, c’est 4 millions d’euros de travaux réalisés en 20 ans par l’association, 150 jeunes de moins de 26 ans du 93 accompagné·e·s vers l’emploi, une école de musique de 250 élèves, 200 bénévoles, 50 Œuvres produites par an, 50 partenaires sociaux éducatifs qui essaiment des actions sur tout le territoire. 4 millions d’€ de travaux et 60% de ressources propres.

Suite à l’expulsion, des artistes se sont retrouvé·e·s avec leur matériel scellé à l’intérieur du bâtiment. Certain·e·s n’ont pu honorer leurs commandes, d’autres ont dû annuler des dates etc. Toute l’équipe de Mains d’Œuvres a été privée de ses moyens de production et de ses outils de travail. Cette situation est inadmissible.

Les pertes ont rapidement dépassé les 100 000€ pour la structure auxquels il faut ajouter des dizaines de milliers d’euros par jour d’empêchement écoulés. Ces chiffres ne comprennent même pas les préjudices de chaque artiste et association qui ont leurs activités à Mains d’Œuvres !!!

La culture est un vecteur d’économie locale et nous ressentons en ce moment même les conséquences sociales désastreuses face à l’acharnement dont elle fait l’objet.

COMMENT NOUS SOUTENIR ?

  • Relais et partage –

En signant la pétition  !!
En participant à la cagnotte sur HelloAsso