Spinning Coin • Tapeworms • Chiens de Faïence

Sam. 03 Nov. 2018 — 20h00
DISCIPLINE : Musique
FORMAT : Concert
TARIF : 6€ tarif unique (H.C)

Calendar Days et Mains d’Œuvres présentent :

〓 Spinning Coin 〓

Indie-pop / Glasgow
Domino France / Geographic Music

Teenage Fanclub, The Vaselines, Belle and Sebastian… Ça fait un bout de temps qu’on ne compte plus les groupes qui ont érigé Glasgow en haut lieu de l’indie-pop. Le dernier rejeton en date s’appelle Spinning Coin, devrait briser le cœur de nombreux popeux et présente déjà un CV irréprochable. Adoubés par les Pastels qui ont sorti leur premier album via leur label, les écossais ont déjà assuré les premières parties de Real Estate et Alvvays à Paris. Musicalement, leur pop à guitares oscille entre mélancolie et une hargne tout en maîtrise, portée par des mélodies aussi bancales que touchantes, qui n’ont pas grand-chose à envier à leurs illustres aînés précédemment cités. Bref, le genre de groupes qu’on a tout autant envie d’écouter après une rupture difficile, que lorsque l’on tombe amoureux.

Bandcamp
Facebook

〓 Tapeworms 〓

Shoegaze, Noisy-pop / Lille
Buddy Records / DIRTY SLAP Records

En deux ans d’existence, Tapeworms a sorti 2 EP sous forme de petites bombes qui rappelle autant le bruitisme de My Bloody Valentine et Sonic Youth, que les mélodies de The Jesus And Mary Chain. Il serait pourtant injuste de simplement leur affubler l’étiquette shoegaze de leurs illustres prédécesseurs, puisque ces 3 lillois sont avant tout des amoureux de pop bricolée, reprennent Daniel Johnston et réalisent des clips géniaux en stop-motion. Témoin de cette double filiation pop/bruit : ils sont autant capables de partager la scène avec Dead Meadow (Official) et Camera que des popeux comme En Attendant Ana, Cotillon et donc, Spinning Coin.

Bandcamp
Facebook

〓 Chiens de Faïence 〓

Pop Lo-fi / Paris
Hellzapoppin Records / Royal Câlin

Entre comptines pop, grosses guitares saturées des 90s et refrains accrocheurs que l’on se surprend à fredonner sous la douche, le 1er album de Chiens de Faïence se rajoute à la liste des ovnis musicaux qui nous rappellent qu’il est toujours possible de déplacer le curseur ; et plus important encore, qu’il n’y a aucune bonne raison pour s’en priver. Que ce soit sur scène ou sur album, l’écoute des Chiens de Faïence laisse rarement indifférent. Alors que beaucoup d’esthétiques et de politiques culturelles sont aujourd’hui inscrites dans une logique de compromis, l’existence d’un groupe que l’on peut aussi bien adorer que détester pour les exactes mêmes raisons se révèle tout à fait salvatrice.

Bandcamp
Facebook