Suni Prisco

BIOGRAPHIE
Suni Prisco naît à l’isola d’Elba, grandit à Rome puis étudie à l’École des Beaux Art de Paris, où elle habite toujours. Elle participe à des nombreuses expositions, workshops et tournages menant une carrière hybride entre arts plastiques et cinéma. Superposant le matériel et l’immatériel, Suni Prisco assemble ses installations comme des configurations de sa façon de voir, comprendre et connecter le monde.
Elle expose dans « Explosition » à la Galleria Continua, « Racine Carrée » chez Olivier Robert, « Porte Savon » à l’Amour, « Transitions » à la Galerie Inattendue et lors de sa résidence au Mexique septentrional « The small Houses of Mexico » .
Elle s’implique dans les films « Neuf Cordes » et « Jouons à la Guerre » de Ugo Arsac et « Stuff of Dreams » de Stefano Savona. Elle s’investit également dans le théâtre avec « Ondine s’en va » en collaboration avec la comédienne Valentina Carnelutti, dans la performance théâtrale avec « The impermanent establishment of bears, birds and worms » à Londres et « The Tempest » en Inde centrale.
Après l’obtention de son DNSAP à l’École des Beaux Arts de Paris elle part en Italie avec un projet sur la porosité des éponges. En parallèle elle co-écrit un scénario avec le réalisateur Ugo Arsac. Suite à une résidence en Italie et une à Mains d’Œuvres à Saint Ouen elle prévoit des exposition à Nice et Marseille, où elle aimerait s’installer dans un futur proche.

DEMARCHE
Intriguée par les propriétés émotionnelles des formes et des matériaux et par la façon dont ils participent à l’activation des espaces mentaux, Suni Prisco développe une pratique artistique hybride et protéiforme qui se déploie dans l’espace sous forme d’installations mêlant parole, dessin, sculpture et vidéo.
Dans son atelier elle fabrique et collectionne des bribes de réalité : matières premières, objets industriels, encyclopédies illustrés et produits d’artisanat.
Elle écrit sans relâche : mots, chiffres, croquis.
Elle unit les matériaux naturels aux matériaux synthétiques, le ready-made à la sculpture, l’accident au réfléchi. Ensuite elle synthétise.
Après un corps à corps intuitif avec les synchronicités du quotidien elle digère, filtre et réorganise dans l’espace ce qui a été absorbé, selon une partition métamorphique qui fait office d’évocation, de rebondissement et de champ sémantique.
De ce processus de restitution découlent des architectures habitées et habitables fondées sur une allée retour qui connecte la parole à l’objet, la pensée à l’image.
Elle regarde les choses dans la multiplicité de leur relations et elle nous présente des écosystèmes-miroir de notre condition qui confondent micro et macrocosme, structure et détail. Les choses sont suspendues, les objets accrochés au plafond ou juste sur le point de se briser en tombant d’une structure en acier. Les tensions fondamentales sont activées : la glace fond, l’encre coule, le verre oscille et la présence humaine, omniprésente et cachée, est prête à jaillir des que l’on réussit à faire la liaison entre soi et l’œuvre, l’esprit et la matière.
Pour cette jeune artiste italienne l’espace d’exposition joue la caisse thoracique, le diaphragme entre intérieur et extérieur. Membrane entre la sphère intime et la sphère publique. L’œuvre étant finalement le support et l’amplificateur pour une représentation personnelle de la nature, une salle de gymnastique pour entrainer le regard à chercher des récits toujours différents. Des réalités émotives. Des narrations.

Formation :
2017
*DNSAP École Nationale Supérieure des Beaux Arts de Paris
2016
*Stage avec Valentina Carnelutti : recherche pour la mise en scène de « Ondine
s’en va » monologue de Ingeborg Bachman, Toscane, Italie
2015
*DNAP École Nationale Supérieure des Beaux Arts de Paris
*Masterclass de théâtre avec le maître Juan Carlos Corazza, Teatro Valle Occupato, Rome, Italie
*Stage de fonte de bronze aux Fonderies de Coubertin, Saint-Rémy-lès-Chevreuses, France

Expositions collectives :
2018
*Felicità18, ENSBA, Paris
2018
*Seuils, Galerie CROUS, Paris
2017
*DNSAP Les Bains Chauds ou l’architecture des fluides, ENSBA, Paris
2016
*Explosition, Galleria Continua, Les Moulins
2016
*Porte Savon, l’Amour, Bagnolet
2016
*Pan !, l’Amour, Bagnolet
2015
*DNAP Si seulement j’arrivais à bailler..., ENSBA, Paris
2015
*Racine Carrée, Galerie Olivier Robert, Paris
2014
*Transitions, Galerie l’Inattendue, Paris
2014
*Première, atelier Tayou, ENSBA, Paris
2013
*Déserter, Performance vidéo, Maha Kumbh Mela, Allahabad, Inde

Expositions individuelles :
2019
*A venir, Galerie du CROUS, Paris
2019
*A venir, Carrare Opus 1, Marseille
2018
*A venir, Galerie Laurent&Laurent, Nice

Cinéma et théâtre :
2018
*La douce saveur de la vengeance, scénographie pour le court-métrage de Lucie Baudin, Montreuil, France
2017
*Let’s Play War assistante scénariste dans le documentaire d’Ugo Arsac. Le film a obtenu le prix Émergence de La SCAM, Taiwan et France
2014
*Neuf Cordes, assistante réalisatrice dans le court-métrage d’Ugo Arsac. Le film a été sélectionné aux TIFF, RIFF et au Cannes short film corner, Pietrasanta et Carrara, Italie
2014
*The Impermanent Establishment of Bears, Birds and Worms Performance collective, mise en scène, performeuse, scénographie, The Others,
Londre, Angleterre
2013
*The Tempest, performance collective, Maha Kumbh Mela, Allahabad, Inde
2013
*The Stuff of Dreams, actrice, long-métrage de Stefano Savona, Bombay et Allahabad, Inde

Résidences :
2018
*Mains d’Oeuvres, Saint Ouen, France
*Carrare/Opus I, organisée par Thomas Tardivo, Vinca, Italie
2017
*My Own Residency : résidence d’écriture autour du thème « La Membrane », en collaboration avec Ugo Arsac organisée par Céline Menghi, Cellere, Italie
2014
*The Small Houses of Mexico, organisé par Paulina Lenoir Guarraldo Monterrey, Mexique

Autres :
2018
*Atelier d’art en école publique pour enfants (age 9-12) sur la durée d’un an, Paris, France
2017
*Scénographie d’exposition Sur le fil du rasoir de Félix Colardelle, Contretype, Bruxelles, Belgique

L’INFO INSOLITE :
Quand elle trouve un objet ou un matériaux qui lui plait elle ne peut pas s’empêcher de le lécher en cachette pour savoir si il est aussi bon qu’il en a l’air. Après il finit souvent dans sa poche.

PROJET DÉVELOPPÉ À MAINS D’ŒUVRES :
Expérimenter des formes d’accrochage en atelier pour parvenir à un système d’installation ramifié qui tourne autour des notions de variation, de pluralité identitaire et d’hybridation. Exploration de la porosité réelle et symbolique d’interfaces diverses.
Chercher des fonds (bourses, résidences, prix, productions) pour une exposition personnelle qui aura lieu en novembre 2019. Amorcer l’édition d’un livre d’artiste en collaboration avec Leïla Chaix (graphiste)