"Urbs sacra"

Jeu. 07 Sept. — 15 Oct. 2017
du jeudi au dimanche, de 14h à 19h
DISCIPLINE : Arts visuels
FORMAT : Exposition
ESPACE : Salle d'exposition
TARIF : Entrée libre

Avec : Pawel Althamer (PL), Anna Baumgart (PL), Enrico Floriddia (IT), Eric Giraudet de Boudemange (FR), Laura Gozlan (FR), Nikita Kadan (UKR), Zhanna Kadyrova (UKR), Marwan Moujaes (LB), Artur Zmijewski (PL).

Commissariat : Malgorzata Grygielewicz et Ann Stouvenel


ÉVÉNEMENTS :

> Jeudi 7 septembre 2017, à partir de 18h30 :
*Vernissage
Avec l’aimable soutien de l’Institut Polonais à Paris !
> Samedi 14 octobre, après-midi :
*Finissage - rencontres, visites et autres réjouissances.


NOCTURNES :
Ouverture de l’exposition jusqu’à 20h30, lors d’autres événements à Mains d’Œuvres :
> Jeudi 28 septembre - THÉÂTRE : "Violences conjuguées", Cie Alaska - CONCERT : FESTIVAL MAAD IN 93, Dark Radish + Guillaume Lantonnet + Elie Dalibert
> Mercredi 11 octobre - THÉÂTRE : "Cie LTDH - Cie You’ll Never Walk Alone" - Fragments #5 - Mains d’Œuvres & La Loge
> Samedi 14 octobre - CONFÉRENCE : Bernard Stiegler, sur le travail / Suivie de la pièce To Burn or Not ?


« Urbs sacra »

Au commencement, il y a une question : pourquoi certaines villes devraient-elles périr ? La synergie entre la ville et la vie nous interroge. La ville, que nous tenons pour la forme du cours universel des choses, objective nos pensées.
Oublions alors les murs de nos villes, leur place bien établie et ce qui sommeille dans leur usage. Il nous paraît nécessaire d’opérer à nouveau un mouvement vers le dehors, pour sortir, sortir dans le jardin. La notion de frontière du jardin doit être pensée comme n’étant pas une ligne de séparation, mais un horizon mobile, une perspective changeante, la limite qui n’est pas l’endroit où s’arrête quelque chose. C’est au contraire, à partir de là, que quelque chose commence à être.
Au cours de cette exposition, nous tâcherons de répondre à ce questionnement à travers l’idée de destruction et de création. L’urgence vitale des esthétiques contemporaines face à la ville et au jardin, qui se dégradent et périssent dans des espaces sociaux urbains, politiques et économiques, sera prise en compte.
Les œuvres exposées retracent des expériences d’artistes venus de différents endroits et nous offrent un regard sur notre d’histoire.

At the beginning, there is a question : Why should certain cities perish ? Cities and life’s synergy interrogates us. The city - that we consider as the form of the universal course - objectifies our thoughts. Let’s forget the walls of our cities, their established place and what is dormant in their usage. It seems necessary to move outward, to go out, in the garden. The idea of the garden’s border must not be thought as a seperation line, but as a mobile horizon, a changing perspective, the limit that is not the stopping point. On the contrary, from there, something begins to be.
Along this exhibition, we will attempt to address this question on both a destruction and creation’s spirit. The vital emergency of the contemporary aesthetics in front of the city and the garden, that deteriorate and perish in urban, political, economical and social spaces will be taken into account.
The displayed artworks retrace experiences of artists coming from different places of Europe and offer a glance on our history.

Exposition réalisée en partenariat avec :