"Ne plus être dans votre regard, c’est disparaître"

Judith Deschamps

Jeu. 12 Mai — 19 Juin 2016
Du jeudi au dimanche, de 14h00 à 19h00
DISCIPLINE : Arts visuels
FORMAT : Exposition
ESPACE : Salle d'exposition
TARIF : Entrée libre

Première exposition monographique
de Judith Deschamps
, diplômée de l’École Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg, elle participe à diverses expositions, notamment au Centre Pompidou, à Mains d’Œuvres, à la Fondation Ricard, au Pavillon Vendôme, au FRAC Bretagne, à la galerie Édouard Manet de Gennevilliers, au Kunstverein de Freiburg en Allemagne ou au De Appel Arts Centre à Amsterdam.

Commissariat : Ann Stouvenel


LES ÉVÉNEMENTS :

  • Vernissage jeudi 12 mai 2016, à partir de 18h / Performance en collaboration avec Audrey Gleizes & Sarah Kellal / Performance "Metamorphosis #2" à 19h30 - réservation ici.
  • 19/06 - 17h : Finissage, performance "Metamorphosis #2" - réservation ici. Profitez-en pour rencontrer les artistes en résidences au printemps lors de "Sortie de résidence" : conférences, projections, performances.

LES NOCTURNES :
Ouverture de l’exposition jusqu’à 20h30 à l’occasion d’autres événements dans le lieu :

  • 20/05 - 19h : Video Activity #3, projection de vidéos - Collection du Frac Lorraine.
  • 26/05 : Danse - Les Rencontres Internationales de Seine-Saint-Denis / Yasmine Hugonnet, « La Ronde/Quatuor ».
  • 04/06 : Concerts / arts visuels, « ANY (The party) » : soirées de concerts, performances, projections.
  • 10/06 - 19h : Video Activity #4, projection de vidéos - Collection du Frac Lorraine.
  • 16/06 : Théâtre - Cie La Halte-Garderie, « Les vilains petits canards ».

Ne plus être dans votre regard, c’est disparaître

Née en 1986, l’année de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl et de la naissance de Lady Gaga, Judith Deschamps fait de son identité un personnage en chantier, de sa réalité un lieu de fictions et d’expérimentations. Tentatives pour l’artiste de subvertir les codes d’un réel dans lequel elle ne trouve pas sa place, ses œuvres nous invitent à nous défaire de nos mécanismes de pensée, pour ré-envisager notre réalité.

C’est ainsi que les objets réalisés par Judith Deschamps nous parlent. Dans sa dernière performance Metamorphosis # 2 (Fondation Ricard, Janvier 2016), un avatar en 3D censé représenter l’artiste, témoignait de sa condition d’être virtuel, de sa fragilité et de sa difficulté à exister. En juin 2015, lors du Nouveau Festival vous pouviez, en vous promenant dans la Galerie Sud du Centre Pompidou, rencontrer Judith Deschamps en 1995, en 2015, en 2035 et en 2065. Et lors du Salon de Montrouge en 2014, découvrir une rétrospective de son travail des années 70 à aujourd’hui.

Première exposition personnelle, rétrospective et prospective de l’artiste à Paris, « Ne plus être dans votre regard, c’est disparaître » est la tentative de retracer un parcours erratique et anachronique, cherchant à dévier, à s’écarter des structures qui nous gouvernent, pour emprunter des chemins souterrains et encore inexplorés.

Visible du 12 mai au 19 juin 2016, cette exposition monographique fait suite à celle d’Eléonore Saintagnan « Dieu et la Stéréo » et à celle de Gregory Buchert « Quelques choses en moins », respectivement programmées à Mains d’Œuvres en mai et en juin 2014 et 2015. À partir du même protocole de départ : présenter l’ensemble des œuvres déjà réalisées, produire spécifiquement une ou plusieurs créations et dévoiler les expérimentations en cours, Judith Deschamps se saisit de cette invitation pour observer, couper, assembler, et remettre en scène un travail, qui, depuis sa sortie d’école en 2011, ne cesse de se développer.